Marseille
Les expositions temporaires
Exposition "Cerveau"
Du 22 septembre au 12 décembre 2004

L'évolution du cerveau animal
En 1958, MacLean "invente" un cerveau en trois parties. Marquant trois stades de l'évolution, les cerveaux sont étroitement interconnectés, tout en ayant leur propre intelligence, mémoire, fonction motrice ou autres.

Le tronc cérébral :
Cette zone interne contrôle plusieurs fonctions vitales comme la respiration, le rythme cardiaque, la motricité...
Il est le siège des comportements de survie, des comportements automatiques et invariables caractéristiques de l'espèce. Les vertébrés primitifs ne possèdent que cette structure, appelée "cerveau reptilien".

Le système limbique :
Il est responsable du contrôle des émotions et des motivations. On retrouve cette partie du cerveau, étroitement liée au système olfactif, chez la plupart des mammifères, même les plus primitifs, comme les marsupiaux, les insectivores ou les rongeurs. Il est parfois appelé "cerveau paléomammalien".

Le néocortex ou "cerveau néomammalien" :
Il est développé essentiellement chez les mammifères les plus évolués comme les carnivores, les ongulés et les primates. Ce cortex a dû se plisser pour augmenter sa surface : les replis ainsi formés ou circonvolutions sont donc un signe d'évolution (cette surface mesure chez l'homme 1,6 m2). Le néocortex est le siège de la plupart de nos fonctions mentales, comme le langage par exemple. Grâce à sa partie frontale il est le cerveau de l'anticipation, du choix face à une stimulation du monde extérieur.




Les structures les plus anciennes tendent à être dominées par les plus récentes. Bien que les conclusions de MacLean soit intéressantes, elles sont trop théoriques et sont insuffisantes pour définir l'être dans sa totalité.




Evolution des hominidés
L'homme actuel, Homo sapiens, appartient à la famille des Hominidés. Celle-ci est caractérisée notamment par la locomotion bipède, l'utilisation de la main pour des fonctions élaborées de fabrication et de manipulation d'outils et le langage.



Homo sapiens sapiens est apparu sous sa forme actuelle seulement depuis 200.000 ans environ. La forme la plus ancienne des hominidés est datée de 6 millions d'années.


© 2001 Muséum d'Aix-en-Provence

L'évolution de cette famille a été marquée par des modifications anatomiques, morphologiques et culturelles. Pour les paléontologues, la boîte crânienne est particulièrement caractéristique des 5 formes principales de fossiles d'hominidés.



Les études paléontologiques, fondées notamment sur l'observation des fossiles, permettent de tracer l'arbre de l'évolution des hominidés à travers 5 formes principales de la boite crânienne étant particulièrement caractéristiques de ces différentes formes.

- Les Australopithèques : Il est possible qu'ils soient les plus anciens représentants des hominidés, apparus en Afrique il y a au moins 6 millions d'années. Leur boite crânienne est petite, leur mâchoire très volumineuse et proéminente. Le volume de leur cerveau a été estimé à environ 350 à 450 cm3 (comparable à celui du chimpanzé). Ils se nourrissent de feuilles et de racines et vivent en petits groupes. Cette forme de la famille des hominidés semble ne pas avoir notablement évolué pendant 2 millions d'années.

- L'Homo habilis : C'est une forme transitoire entre l'australopithèque et l'Homo erectus datant d'environ 1,5 à 2 millions d'années. Il se caractérise par un volume cérébral proche de 600 cm3. Il montre une bipédie plus affirmée et la forme de ses mains est proche de celle de l'homme actuel. Il perfectionne la fabrication d'outils et vit de chasse et de cueillette. Les premiers outils élémentaires en pierre datent de 2 400 000 ans.

- L'Homo erectus : Il est apparu il y a environ 1,5 millions d'années. L'Homo erectus ne cessera d'évoluer pendant 1 million d'années : le volume de son cerveau progresse de 700 à 1300 cm3, ce qui représente à peu près trois fois le volume cérébral des premiers hominidés. Sa face devient moins large et sa mâchoire moins proéminente, ses dents sont plus courtes. L'Homo erectus est capable de faire du feu et de construire un habitat en collectivité.

- L'Homo neanderthalensis : L'homme de Neandertal, découvert en Allemagne, est peut-être la première forme d'Homo sapiens, mais constitue une branche latérale qui se serait éteinte. Il semble que cette forme se soit maintenue de 350.000 à 50.000 ans avant notre ère. Son crâne est volumineux et allongé, le volume de son cerveau atteint à peu près 1400 cm3. Son front est bas, ses sourcils prononcés et il n'a pas de menton. On trouve pour la première fois dans l'environnement du néandertalien des traces de sépulture et de rite funéraire attestant d'un fonctionnement mental évolué.

- L'Homo sapiens sapiens : La forme de l'homme actuel aurait pris naissance il y a environ 200.000 ans. La boite crânienne présente un front plus grand et une mâchoire peu proéminente. Depuis cette période le volume cérébral n'a pas changé (1400 à 1500 cm3) malgré les modifications profondes qui n'ont cessé de s'opérer dans les pratiques sociales et culturelles. Les fonctions mentales se sont développées, le langage (apparu avec Homo erectus) se perfectionne, la vie sociale s'organise, la mécanisation ne cesse de progresser.

Portail des Museums Provence Alpes Côte d'Azur
[ www.museum-paca.org ]

© 2005 Museum Marseille. Museums Provence - Alpes - Côte d'Azur .